Le mot de Corrie - Matinée-rencontre du 2017-02-19

Cette semaine, Corrie fait un retour sur la dernière Matinée-rencontre, soit celle du 19 février dernier avec Gabriel Rancourt.


 

Corrie Heeremans

Le mot de Corrie

Montréal, le  lundi 6 mars 2017.
Par Corrie Heeremans, photo de Gaston Chouinard. 

« Impossible projet ? Appelez Gabriel Rancourt »

 

Une chance sur un million : comment photographier l’impossible…

Le 19 février, nous avons fait une rencontre unique… Une chance sur un million de traverser la vie de Gabriel Rancourt.
Cet homme a ravi toute notre attention pendant les quelques deux heures de sa présence. D’entrée de jeu, nous plongeons dans sa tête alors qu’il nous présente une vidéo qui décrit son travail…

Déjà, c’est wow !

Il aime tellement son travail, qu’il le ferait gratuitement…

La vie l’a choyé d’un talent unique !

Il en profite et se spécialise en photographie publicitaire. Il n’a aucune formation officielle en photographie ; il s’est fait lui-même. D’abord, il a travaillé avec des agences puis il se met à travailler directement avec le client. Cela lui permet d’être plus créatif. Il travaille en extérieur mais aussi dans un immense studio - grand comme un terrain de football. Il a la chance d’occuper un lieu où se trouve également une compagnie de location d’équipement pour divers événements. Il n’a qu’à prendre ce dont il a besoin pour ses nombreuses photos faites en studio. De plus, pour gérer son temps intelligemment, il crée un studio mobile où il peut même dormir et offrir des services de qualité à ses clients comme, par exemple, un excellent expresso !

Je ne peux presque pas imaginer tout ce qu’il y a à l’intérieur de ce «trailer»…

« Prendre des photos, c’est facile… mais être payé pour le faire c’est plus difficile. » Mieux vaut bien gérer son temps. Dans nos vies de photographes il faut d’abord se demander quel genre de photographes nous sommes. Gabriel voulait faire exploser des pingouins. Une image qui exprime très bien sa grande créativité. Maintenant, il fait littéralement exploser des pingouins en photographiant l’impossible. Il utilise le montage composite pour la plupart de ses images et travaille presque toujours avec un Phase One. Il peut maintenant gagner sa vie avec son travail de photographe.

Il cite le Joker : « If you are good at something, never do it for free. »

Il nous parle longuement d’un projet en devenir, en fait un Dream Project pour le Grupo Dolphin Discovery au Mexique. Ce groupe est venu le chercher sachant pertinemment qu’il était le seul à pouvoir créer les images qu’ils avaient en tête. Il s’est procuré l’équipement nécessaire et l’équipe du tonnerre pour mener ce rêve à la réalité – un heureux mélange international. Le client n’y croyait pas vraiment mais pour Gabriel, vous le savez maintenant, rien n’est impossible. Nous avons visionné en primeur, le making of de ce projet.

Et, le client a dû se rendre à l’évidence.

C’était possible !

Il est passé d’un appareil-photo stylo acheté à l’adolescence à un panneau d’affichage sur une autoroute au Mexique…. Et ce, alors qu’il a encore toute la vie devant lui puisqu’il n’a que 27 ans…

Son leitmotiv ?  Faites ce que vos compétiteurs ne sont pas prêts à faire… voire travailler comme un débile.

Il voulait une vie intéressante… Il l’a. Il fait ce qu’il aime ; il a la femme de sa vie (rencontrée dans un shooting) et deux magnifiques enfants… Pour arriver à maintenir le rythme, il est très rigoureux dans la mise en forme : Iron man, escalade, etc.

Bref, un petit génie heureux !...

Voir sa bio au lien suivant http://www.gabrielrancourt.com/

Quelques-uns de nos commanditaires ont également profité de cette magnifique conférence soit François Desrosiers de Lozeau, Serge Froment de Photographie Tous Azimuts, M. Gérard Rousseau de Candiac Toyota et Jean-Charles Savard de Photo Service.

Exposition à la Galerie Antique et prix.

Le club photo Lasalle http://www.clubphotolasalle.ca/ expose 20 photographies jusqu’au 19 mars prochain.

Les participants ont voté et choisi comme leur coup de cœur la photo de Pierre Hurtubise intitulée " Pavillon Pierre Lassonde ". Un billet de 50$ lui a été remis par M. Gaston Chouinard de la part de la SPPQ
Les autres gagnants de la journée: 

  • Prix de participation au vote: Mme Francine Labrecque (Un billet de 50$ offert par la SPPQ)
  • Prix de présence: Patrick Hally (Un billet de 50$ offert par la SPPQ)

De gauche à droite: M. Pierre Hurtubise, le gagnant de la photo Coup de cœur, M. Patrick Hally, gagnant du prix de présence et Mme Francine Labrecque, gagnante parmi les votants.

De gauche à droite: M. Pierre Hurtubise, le gagnant de la photo Coup de cœur, M. Patrick Hally, gagnant du prix de présence et Mme Francine Labrecque, gagnante parmi les votants.

 

Prochaine matinée : 19 mars avec Geneviève Borne

« La beauté du monde : … passionnément »
En première partie, de 9 h à 9 h 40, il y aura présentation des 8 Son & Images présentés dans le cadre de la 10e édition Concours Paul E. Jean
http://sppq.com/v3/index.php/evenements-tous/matinees-rencontre-2016-2017/apercu-des-matinees/matinee-du-19-mars-2017 

underground-films.cc