Résumé de la matinée-rencontre du 15 sept 2019 de Heidi Hollinger

C’est avec une salle conquise d’avance que l’assistance a accueilli Heidi Hollinger pour la première rencontre de la saison. Elle nous a entrainées avec elle dans les rues de La Havane pour nous présenter un des peuples les plus chaleureux au monde et qui regardent les gens dans les yeux. C’est le constat de vivre cinq mois par année depuis une quinzaine d’années qu’elle connaît si bien ce pays.

Havane est une ville que les photographes apprécient pour son histoire chargée d’un fabuleux patrimoine architectural colonial espagnol, Art déco et moderne. Ils aiment aussi la disponibilité des personnes qui acceptent volontiers de se faire photographier. Heidi trouve que c’est le peuple le plus résilient dans le monde.

Tout au long de sa conférence, elle nous a fait découvrir la capitale de Cuba par ses très belles photos et des anecdotes de ses rencontres avec des photographes réputés comme Enrique Rottenberg et Roberto Salas. Elle nous a mentionné que la ville avait une couleur ou presque, sarcelle.

Elle nous a partagé ses coups de cœur et les endroits qu’elle fréquente depuis trente ans. Elle nous a fait découvrir les artistes de la relève et sa plage secrète. Heidi nous a entraînés parfois hors de la vieille Havane pour nous emmener dans la jungle ou dans un petit village de pêcheurs devenu le paradis de la mosaïque.

Heidi a eu le coup de foudre pour La Havane en 1989 lors d’un premier voyage. Elle a su nous transmettre sa passion pour les Havanais. Par contre, pour elle, il faut éviter la période de mai à octobre pour les ouragans et de mai à septembre pour la chaleur intense. L’assemblée a applaudi chaleureusement Heidi pour sa disponibilité et ses nombreux conseils sur La Havane.

 

Nicole Boucher et Nathalie Tourangeau